Identifier la cause de la crise

Le diagnostic pour comprendre la crise

Le réseau A2C m

et en place un diagnostic pour comprendre les causes de la crise dans l’organisation.

Les phases du diagnostic de la crise interne

  • entretiens individuels ou collectifs avec les dirigeants
  • entretiens avec les délégués du personnel
  • entretiens individuels avec cadres et collaborateurs (employés, ouvriers, agents municipaux, personnels soignants…) et élus dans les collectivités territoriales.
  • entretiens collectifs avec les équipes impactées
  • observations en situation de travail
  • diagnostic systémique et organisationnel : Le Réseau A2C détermine le fonctionnement de l’organisation à travers les points suivants :
    • éléments de contexte et historique
    • finalités de l’entreprise ou de l’établissement
    • missions et frontières entre services
    • définition du sens donné au travail
    • fonctions et rôles de chacun
    • règles formelles et informelles de l’organisation
    • circulation de l’information

Restitution de l’audit intégrant des préconisations auprès :

  • de la direction : directeur général et directeur des ressources humaines
  • des élus dans le cas d’une collectivité : le maire, l’élu au personnel et l’élu référent du service impacté.
  • des délégués du personnel élus au CHSCT
  • du CHSCT

L’audit vise à créer une vision partagée du problème, ainsi que des solutions envisageables.

Stress et crise au travail

La crise au travail

La crise au travail amène des situations de rupture multiples qui empêchent l’organisation de fonctionner. La production tourne au ralenti ou est stoppée autant dans les secteurs marchands que non marchands. Les psychologues du travail et les consultants ont observé des mécanismes récurrents de formation de la crise. Ces mécanismes de formation de la crise sont semblables à tous typ

es d’organisation : entreprise, collectivité ou milieu hospitalier (clinique).

Le stress au travail : facteur de risque de crise

Le stress au travail à un niveau intense paralyse les membres de

l’organisation. Ce stress intense génère un niveau d’anxiété qui peut toucher autant les salariés que les dirigeants. Le stress élevé au travail gèle la productivité des entreprises et la production du travail dans le secteur non marchand. Ce stress est nuisible à l’organisation s’il est profond, partagé et durable dans le temps. Le stress au travail mène à l’épuisement professionnel. Il se distingue donc du stress positif (adrénaline) qui naît de certains projets et qui, lui, stimule les membres du projet.

Causes et manifestations du stress ou de la crise au travail

Les symptômes du stress au travail

Les symptômes d’une crise sociale au travail peuvent se manifester par les signaux suivants :

  • démotivation du personnel
  • troubles du sommeil des salariés
  • les travailleurs souffrent de douleurs osseuses, musculaires et/ou  articulaires
  • épuisement professionnel
  • tensions palpables dans les équipes
  • irritabilité ou réactions disproportionnées des personnes au travail
  • conflits au travail entre collaborateurs ou entre services
  • absentéisme galopant
  • maladies cardiovasculaires ou maladies professionnelles

Les manifestations de la crise au travail

  • turnover
  • retraites anticipées à la demande de salariés
  • burn-out / état dépressif de certains collaborateurs
  • accidents du travail
  • baisse de la productivité
  • fragilisation de l’organisation
  • risque de dysfonctionnement majeur en termes de sécurité des biens et des personnes

Les causes du stress ou de la crise au travail

Le stress intense au travail ou la crise interne naît généralement d’une ou plusieurs causes :

  • des rôles mal délimités entre les collaborateurs ou entre les équipes
  • des niveaux d’engagement différents chez les collaborateurs (et désengagement de certains)
  • des rivalités entre employés ou entre services
  • une absence de vision partagée dans l’entreprise ou l’établissement
  • des erreurs de management de cadres dirigeants
  • des pratiques répréhensibles ou des règles transgressées qui ne font l’objet d’aucune sanction à l’encontre de leurs auteurs
  • des cas de harcèlement moral ou harcèlement sexuel non révélés ou dissimulés
  • des cas de tentative de suicide ou un suicide au travail
  • un problème d’intégrité de la direction